Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 21:54

 

Ometepe
 

La route est longue et chaotique pour rejoindre Rivas, au sud du pays. Des étendues sèches, la pauvreté et cette résignation triste dans les regards.

A Rivas, petite ville sans intérêt, nous prenons le ferry pour rejoindre la plus grande île du monde située sur un lac : Ometepe.

La lave, en jaillissant de deux volcans a autrefois créé un isthme qui les a réunis, faisant d'eux une seule île.

Au fur et à mesure que le ferry avance, nous voyons s'approcher les deux volcans de l'île : Madera et le cône parfait de Concepcion.

Nous débarquons à Moyogalpa et traversons toute l'île, d'ouest en est, pour rejoindre l'hôtel "villa paraiso" dans l'isthme de Santo Domingo.

La route n'est qu'un chemin de caillasse et de poussière. La voiture s'écorche le ventre sur les rebords des profondes ornières. 1 h 30 de route pour 25 kilomètres. Un parcours de combattant pour mériter villa paraiso.

Le lac ,qui ressemble à une mer.

Les urracas qui se perchent dans les arbres près de la case. Les hérons qui guettent impassibles, les poissons à attraper. Les sopilotes qui tournoient dans le ciel. Les zanates et le perroquet de l'hôtel...

Ici, on ne perçoit pas la violence sourde qui nous imprègne depuis que nous avons atterri.

Un lieu apaisant où l'âme cicatrise.

Les habitants sont souriants et ne semblent pas misérables. Des cultures, des cochons, des poules et, chaque soir, la pêche aux "sardinas" dans de grands tissus blancs.

Ometepe, c'est aussi la rencontre de Graciela l'Argentine qui nous aborde pour le plaisir de parler français.

Superbe et admirable Graciela. Mondialiste écologiste; révolutionnaire pacifiste, féministe engagée... Son immersion dans le monde agricole des femmes. Son combat quotidien malgré la lassitude d'une conscience politique lucide et aigüe. Son rire fêlé par la désespérance.

Et Karine, autrichienne nationalisée nicaraguayenne puisque c'est ici qu'elle a décidé de mener sa lutte. Aussi pauvre et exploitée que les Nicaraguayennes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chicha - dans nicaragua
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chicha
  • Le blog de chicha
  • : Accueillir chaque voyage, dépouillée de toutes certitudes, pour vivre au plus près chaque instant et essayer de prolonger le lien par l'image et l'écriture.
  • Contact

Texte Libre

Recherche