Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 07:13

9782253159643-T.jpg

 

Au début du roman, qui se déroule entre 1959 et 1964, le narrateur, Michel Marini a 12 ans (mais une taille qui le fait passer pour un grand : 1m73). C'est l'époque du rock'n'roll et de la guerre d'Algérie, de la remise en cause de la colonisation avec l'afflux des Pieds Noirs en France, le début des Trente Glorieuses, les premiers frémissements de mai 68, le refus de voir ce qui se passe derrière le rideau de fer...

La famille de Michel fait partie de la classe moyenne : une mère obsédée par les séminaires de gestion d'entreprise, un père brave homme qui a épousé la fille du patron, un frère qui s'engage dans la guerre d'Algérie pour respecter ses idéaux révolutionaires, une soeur qui est une chipie bavarde.

Son ami Pierre l'initie au rock'n'roll avant de mourir à la guerre, Cécile le considère comme un petit frère, Camille lui fait vivre ses premiers émoi amoureux...

Lecteur compulsif ("j'avais horreur de perdre mon temps. La seule chose qui me paraissait utile, c'était de lire"), Michel lit partout. Dans sa chambre, dans la rue, sur le chemin du lycée en s'attardant ("J'ai fini par classer les écrivains en deux catégories : ceux qui vous laissaient arriver à temps et ceux qui vous mettaient en retard. Les auteurs russes m'ont valu une ribambelle de colles"), en cours... Photographe amateur, il est aussi, avec son copain Nicolas, le roi du baby-foot dans la salle du café le Balto, à Denfert Rochereau.

Au Balto, Michel est intrigué par une porte dérobée, dissimulée par un rideau de velours vert, où disparaissent régulièrement quelques individus. Curieux, il décide un jour de pousser cette porte et découvre un nouveau monde dans cette arrière-salle : le Club des Incorrigibles Optimistes. Igor, ancien médecin soviétique qui a fui les purges staliniennes, Pavel, ancien diplomate bulgare devenu veilleur de nuit en quête d'un éditeur pour son livre de 2 500 pages, Leonid, ancienne star de l'aviation soviétique, passé à l'Ouest par amour, le mystérieux Sacha, Imré, Gregorios... Ils ont passé le rideau de fer pour sauver leur peau en abandonnant leur famille et en trahissant leurs idéaux et se retrouvent régulièrement dans ce club d'échecs fréquenté aussi par Sartre et Kessel. Si certains continuent de défendre les rêves de leur jeunesse, d'autres sont d'un anticommunisme radical et ils sont tous porteurs d'une histoire exceptionnelle.

Jean Michel Guenassia trace la chronique douce-amère d'une adolescence qui évolue entre une famille ordinaire et  un groupe de parias, réfugiés d'Europe de l'Est.

Dès les premières pages, j'ai été happée par ce roman, à la fois triste et réjouissant, tendre et drôle, profond, riche et puissant, écrit dans un style clair et fluide.

La trahison est le thème central de ce roman. Au-delà de la trahison des idéaux qui a engendré les drames qui ont déchiré des peuples entiers, ce livre interroge sur les trahisons (petites ou grandes) qui guettent chacun d'entre nous. 

"Le plus important dans la Terre promise, ce n'est pas la terre, c'est la promesse".



 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chicha - dans roman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chicha
  • Le blog de chicha
  • : Accueillir chaque voyage, dépouillée de toutes certitudes, pour vivre au plus près chaque instant et essayer de prolonger le lien par l'image et l'écriture.
  • Contact

Texte Libre

Recherche