Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 14:49

Thu qui nous a accompagnés durant notre séjour dans le Tonkin du nord n'a jamais connu que le régime communiste. Elle fait partie de ce que nous appellerions chez nous la petite bourgeoisie : mère journaliste et père professeur. Même si elle a souffert des grandes restrictions alimentaires pendant son enfance, elle est une inconditionnelle de l'oncle Ho.
Il n'en est pas de même pour Xuong qui nous accueille à Hué. C'est un homme du Sud et, pendant la guerre, il s'est battu aux côtés des Américains. Mais pendant moins de trois ans, ce qui ne lui a pas donné la possibilité de quitter le Vietnam avec eux lorsqu'ils sont partis.
Alors, bien sûr, il n'a pas l'enthousiasme de Thu. C'est un homme brisé qui a eu à souffrir des représailles. Il s'est vu, en particulier, opposer le refus de délivrance du ho khau, ce certificat de résidence qui est indispensable pour pouvoir trouver un emploi. Et il est, bien sûr, extrêmement critique vis à vis du régime en place. 

Chargée d'histoire, la ville de Hué demeure aujourd'hui l'un des foyers intellectuels et culturels du pays. Cette ancienne capitale, outre la beauté de ses monuments, offre un charme paisible et plein de poésie.


Dai Noi, la citadelle de Hué

Construite sur le modèle de la cité impériale de Pékin, sous le règne des Nguyen, au début du XIXème siècle, la citadelle couvre une superficie de 73 hectares. Ses fortifications, qui évoquent les ouvrages conçus par Vauban, s'étendent sur 10 kilomètres de pourtour et atteignent jusqu'à 7 mètres de haut et 20 mètres de large.
Trois enceintes concentriques protègent Kinh Thanh (la ville capitale) qui était le siège des administrations et des hauts dignitaires de la cour, Hoang Thanh (la cité impériale) qui abritait les palais et les temples, puis Cam Than (la cité pourpre) où résidaient l'empereur et sa famille.
La première enceinte est protégée par un fossé large d'une trentaine de mètres que l'on franchit par l'un des dix ponts qui enjambent les douves.


La seconde enceinte est percée de quatre portes superbement décorées, l'une d'elles, Ngo Mon, était réservée à l'empereur. Elle est surmontée d'un belvédère dont le toit central est couvert de tuiles vernissées jaunes (couleur impériale) tandis que les autres toits sont couverts de tuiles vertes. La Cité impériale abrite plusieurs temples mais peu ont échappé aux bombardements de 1968.
La Cité pourpre interdite est protégée par un mur de briques de 4 m de haut et 4 m d'épaisseur mais cette partie de la citadelle a été presque totalement détruite par les Américains lors des bombardements du Têt et elle abrite maintenant des potagers.
Lorsque Bao Dai abdique en 1945, la Cité interdite est laissée à l'abandon.
Aujourd'hui, l'ensemble de la citadelle, inscrite au patrimoine de l'humanité depuis 1993, est à restaurer car la pierre des colonnes et des statues s'effrite et les charpentes sont rongées par les insectes et les infiltrations


la pagode Thien Mu



Nous débutons la journée par une balade en sampan sur la rivière des parfums. Son nom viendrait des frangipaniers qui couvraient autrefois ses rives et embaumaient toute la campagne.
L'activité est intense et nous croisons des dizaines de bateaux qui transportent toutes sortes de matériaux. Certaines familles vivent à bord de leur embarcation dont le confort semble, pourtant, bien rudimentaire.













La promenade sur la rivière des parfums nous mène à la pagode Thien Mu (pagode de la Dame céleste).
Située sur une colline qui domine la rivière, dans un parc somptueux, elle fut construite au début du XVIIème siècle et, au XIXème siècle, l'empereur fit bâtir une tour octogonale de 21 mètres de haut dont chacun des sept étages symbolise une réincarnation du Bouddha. 






le tombeau de Khai Dinh






Une dizaine de kilomètres plus loi, dans le village de Chau Chu, se trouve le tombeau de Khai Dinh (avant-dernier souverain de la dynastie Nguyen qui régna de 1916 à 1925).
C'est un étrange ensemble architectural, construit entre 1920 et 1931, mélange de styles oriental et occidental, dont les temples et les palais sont en béton armé.
Un imposant escalier de pierres, gardé par quatre dragons, mène à une première cour.







Une deuxième série de marches conduit à la cour d'honneur peuplée de statues d'animaux, de soldats et de mandarins.

.
Un dernier escalier donne accès au Thieu Dinh, le temple du culte, à l'étonnante décoration.
Le sol est couvert de tuiles de couleurs et les murs de surprenantes fresques très colorées constituées de morceaux de faïence et de tessons de bouteilles enserrés dans le ciment.
Le plafond, lui, est décoré d'un immense "dragon dans les nuages". 
          



le mausolée de Tu Duc


3 000 hommes travaillèrent pendant trois ans à ce mausolée qui ressemble à un petit palais et se trouve à quelques kilomètres au sud-ouest de Hué, au bord de la rivière des Parfums.
Tu Duc était un lettré et un poète et son mausolée s'intègre parfaitement à la nature environnante.
Au bord du lac, une imposante porte d'entrée permet d'accéder à deux pavillons dans lesquels l'empereur venait se reposer et écrire des poèmes.
Un escalier monumental conduit à la voie des esprits gardée par les traditionnelles statues d'éléphants, de chevaux, de mandarins.
Près des piliers en bois de fer, et dans les différentes cours se dressent des statues qui semblent veiller sur l'endroit.


Sur les toits, les dragons à cinq griffes, symbole de l'empereur, rappellent son pouvoir sur la terre et sur les eaux.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by chicha - dans vietnam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chicha
  • Le blog de chicha
  • : Accueillir chaque voyage, dépouillée de toutes certitudes, pour vivre au plus près chaque instant et essayer de prolonger le lien par l'image et l'écriture.
  • Contact

Texte Libre

Recherche