Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 15:59
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

Bordée par le Bengladesh et l'Inde à l'ouest, la Chine au nord, le Laos à l'est et la Thailande à l'est et au sud, la Birmanie compte, pour un peu plus de 675 000 km2, environ 60 millions d'habitants .

Son économie est l’une des moins développées du monde et 1/3 de sa population vit en-dessous du seuil de pauvreté. L’agriculture représente à peu près la moitié du PIB et la majorité des terres sont consacrées à la culture du riz et de l’opium (elle est le deuxième plus grand producteur d'opium). Canne à sucre, maïs, arachide, blé, coton et tabac sont ses autres productions agricoles. Elle est également un gros producteur d'amphétamines.

Elle possède des gisements importants de rubis (90 % de la production mondiale), de saphirs et de jade.

Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

En 1962, à la suite d’un coup d’état l’ensemble de l’industrie est nationalisée et aujourd’hui encore l’économie birmane est l’une des plus planifiées et étatiques du monde, à des taux proches de ceux de la Corée du Nord. 

La Birmanie manque d’infrastructures, les voies ferrées sont vieilles et rudimentaires, les routes ne sont généralement pas asphaltées et les marchandises voyagent principalement sur le fleuve Irrawaddy (avec un intense commerce de drogue). 

Environ 68 % des habitants sont Birmans et ils tiennent le gouvernement, l'administration et l'armée. Les 32 % restant sont formés de plusieurs minorités (Arakanais, Karen, Môn, Shan etc) qui se sont toutes soulevées, à un moment ou à un autre, contre le pouvoir central. Il existe encore aujourd'hui quelques conflits armés dans le pays

C'est la multiplication des insurrections des minorités ethniques à la fin des années 1950, qui a conduit le gouvernement civil à confier le pouvoir à l'armée. Coup d'état et répression ont depuis verrouillé la mainmise des militaires.

 

 

Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

Actuellement, 89% des habitants de la Birmanie sont bouddhistes et la prise en charge de l'ordre monastique, qui compte près d'un million de Birmans (les nonnes sont environ 75 000) fait partie intégrante de la vie quotidienne. Entre 7 et 20 ans, tous les garçons passent au moins quelques semaines de retraite dans un monastère. Cependant la non-violence enseignée par le bouddhisme n'a pas empêché de jeunes moines de former l'avant-garde de la contestation contre le pouvoir militaire ("révolution safran" de 2007) ou plus récemment d'être en première ligne des violences infligées aux membres de la minorité musulmane. Les poussées de violence ont particulièrement frappé la minorité des Rohingya qui ont été déplacés par dizaines de milliers.

 

Malgré les dernières élections et l'entrée au parlement de Aung San Suu Kyi, véritable icone de la lutte contre la dictature dont le portrait est présent partout, le bilan de la Birmanie reste l'un des pires au monde en matière des droits de l'homme et l'armée détient un contrôle à tous les niveaux. Selon l'organisation Transparency international, elle ferait partie des 5 pays les plus corrompus au monde.

Les réformes restent très en-deçà de ce qu'avaient espéré les mouvements pro-démocratiques et la communauté internationale. Ni les médias, ni la justice ne disposent d'une réelle liberté et les richesses du pays - grands hôtels, compagnies aériennes domestiques, bénéfices de la drogue... - sont  aux mains des militaires et des quelques familles qui leur sont liées.  

Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

La démocratisation du Myanmar s’est d'ailleurs engagée dans un étonnant compromis passé entre Aung San Suu Kyi et les officiers supérieurs d’une junte qui l’avait persécutée. 

Les quelques Birmans avec qui j'ai discuté estiment cependant que l'élection de Aung San Suu Kyi leur a apporté davantage de liberté et ils se montrent confiants dans l'avenir.


Le refus de Aung San Suu Kyi de se prononcer sur le sujet des Rohingya avait surpris et déçu l'Occident. J'ai donc posé la question des Rohingya aux quelques personnes avec qui j'ai discuté et j'ai été impressionnée par la violence des propos de rejet vis à vis des musulmans qui pour elles ne sont pas des Birmans mais des intrus. J'ai mieux compris les raisons de la position de Aung San Suu Kyi : quoi qu'elle pense du problème (nous n'en savons finalement rien) elle peut difficilement aller à contre-courant de l'opinion de ceux qui l'ont élue...

 

Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

Superbes pagodes dorées, lac enchanteur, sites archéologiques impressionnants... la Birmanie se présentait à mes yeux comme un endroit magique. 

La réalité est bien moins souriante et je reviens de ce voyage avec des impressions assez contradictoires.

S'il y a beaucoup de choses à voir en Birmanie aller d'un point à un autre est difficile. Les routes sont chaotiques et Il faut compter 5 à 6 heures pour parcourir 150 km. L'avion (ou peut-être le bateau entre Mandalay et Bagan) reste la meilleure solution mais elle est restrictive car la campagne alors nous échappe. Quant à l'hôtellerie, la qualité est loin d'être à la hauteur des prix pratiquées.

Le site de Bagan est grandiose, le lac Inle, le pays Shan, Kalaw, la campagne dans les régions de l'Ouest, les marchés... tout cela m'a enchantée mais je n'ai pas du tout aim l'ambiance de Mandalay, malgré quelques visites et découvertes intéressantes. Cette ville est chaotique, sale et elle m'a laissé un sentiment de malaise tant elle suinte la drogue et une violence mâle latente. Je n'aurais pas du tout aimé m'attarder dans ses rues seule la nuit.

Au-delà des problèmes de transports, derrière la beauté des pagodes et la magie de certains sites, les sourires et la gentillesse des habitants se cache une grande pauvreté même si la mendicité est presque inexistante.

 

 

 

 

Birmanie - la réalité derrière la carte postale
Birmanie - la réalité derrière la carte postale

La route vers la démocratie sera vraisemblablement longue.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chicha - dans birmanie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chicha
  • Le blog de chicha
  • : Accueillir chaque voyage, dépouillée de toutes certitudes, pour vivre au plus près chaque instant et essayer de prolonger le lien par l'image et l'écriture.
  • Contact

Texte Libre

Recherche